5 mois de toi…

Coucou les padawans

J’espère que vous allez bien? Et que malgré ce temps d’automne vous avez quand même le moral?

Il y a un peu plus de 5 mois j’ai accouché. Ce fût à la fois terrifiant et merveilleux. J’ai toujours eu peur de l’accouchement et encore aujourd’hui cette peur n’est pas partie.

(Photo: Pixabay – (non ce n’est pas ma fille))

Mais j’y suis arrivée, j’ai accouché et je l’ai vu pour la 1ere fois. Pas de mauvaises surprise c’était bien une fille, une merveilleuse petite fille. J’ai la larme qui a coulé le long de ma joue. Cette larme avait une saveur particulière, ce n’était pas des larmes de peur comme 45 minutes plus tôt, ou des larmes de culpabilité comme 30 minutes plus tôt ou des larmes de fatigue comme 15 minutes avant ce moment où je t’ai rencontré. C’était des larmes de joies, de te voir enfin avec nous après 9 longs mois, des larmes de fierté d’avoir réussi à te sortir après un long travail et des larmes de bonheur de t’avoir enfin dans nos bras.

Quand la sage-femme t’a posé sur moi, j’ai eu l’impression que mon cœur se mettait à battre pour la première fois et quand elle t’a déposé dans les bras de ton papa, un deuxième boom. J’avais en face de moi les 2 personnes que j’aimais le plus au monde.

Puis vint le moment de cette tétée d’accueil qui a été pour moi révélateur. Tu as su trouver ton chemin et j’ai su te guider pour entamer un bout de chemin sur cette voie lactée que je ne regrette pas.

Chaques petits instants qui ont été un tant soit peu difficile furent de grands moments de gérer, d’apprécier et savourer.

Puis commence la vie à 3 dans notre cocon. Je ne vais pas dire que ça a été facile et que j’ai souris et rigoler tous les jours. Mais tu étais là, je t’avais désiré et les larmes de fatigue se sont faites de plus en plus rare et nous avons continué à mener notre barque en faisant toujours de notre mieux pour que tu sois bien et en sécurité affective. Les remarques nous passaient au-dessus, nous étions bien dans nos baskets et ce rythmes nous convenaient.

Tu as eu 5 mois. Presque la moitié d’une année avec toi et tu as changé, tu as évolué, tu as grandi.

Tu souris, tu rigoles, tu te tournes d’un côté puis de l’autre, tu remets ta tétine seule, tu attrapes les jeux devant toi, tu nous manges les joues, tu découvres ta voix et nous offre de bien joli choral. Tu progresses à la vitesse lumière.

Tu es une petite fille incroyable et je suis la plus heureuse des mamans.

Je suis une mère parfaitement imparfaite mais une maman comblée.

Parce qu’avoir un enfant, oui c’est des sacrifices, c’est faire passer les besoins de ce petit être avant les nôtres, c’est troquer de son sommeil personnel pour que ce petit être soit bien, c’est oublier un peu de ses passes temps pour ne s’occuper que de son enfant.

Ce n’est pas tous les jours roses mais on oublie vite et on se focalise sur l’essentiel.

Je sais comment je vivais avant et aujourd’hui on se demande comment on a fait pour vivre sans enfants.

J’espère que ce petit bout de moi vous auras plu autant que ça m’a plu de l’écrire.

Oui j’ai versé ma larme en écrivant ce texte, comme à chaques fois que je repense à ces 9 mois et à cette rencontre. Je n’en ai pas honte, c’est un petit bout de notre histoire qui restera à jamais gravé.

Un enfant nous change et on se surprend nous-même.

Je vous souhaite une bonne journée et vous fait tout pleins de bisous.

Que la force soit avec vous…

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.